Fédération des Arts, du Spectacle, de l'Audiovisuel et de la Presse Force Ouvrière

Lettre ouverte à Madame la Ministre de la Culture et de la Communication

07.04.2015 | Communiqué FO

Madame la Ministre de la Culture et de la Communication,

En ce vingtième jour de grève, l’intersyndicale CFDT, CGT, SNFORT, SUD et UNSA de Radio France s’adresse à vous dans la situation insupportable où la Direction de la Radio nationale a mis les personnels et les auditeurs.

Malgré la défiance que nous éprouvons pour la présidence de notre entreprise, nous avons bien voulu nous rendre à la réunion proposée samedi 4 avril par la DRH, suivie, après une longue interruption, d’une discussion avec, notamment, Christian Mettot et Frédéric Schlesinger, directeur adjoint de Monsieur Gallet. Pour la première fois depuis dix jours, un représentant de la Direction, Monsieur Schlesinger, a tenté d’intégrer dans le projet de protocole d’accord les demandes, essentielles pour les salariés, sur trois points :
- La garantie d’absence de toute externalisation des services ouvriers et de surveillance, qu’il s’agisse de mesures collectives ou de mesures progressives, au fil de départs en retraite. À cette revendication, s’ajoute l’exigence de maintien des effectifs de surveillants par l’intégration de CDD et la garantie de maintien des activités dans les services existants.
- La garantie d’ouverture ou de réouverture de cabines de montage, de mixage, de studios d’enregistrement ou de diffusion en cas de fermeture de locaux techniques pour réhabilitation, selon le principe d’équivalence d’un local pour un local. Cette garantie est pour nous tous essentielle pour garantir le niveau de production, en particulier artistique, et l’emploi, tant des personnels techniques de réalisation et de production que des artistes (comédiens et musiciens).
- L’engagement de la Direction de stopper la “syndication”, c’est à dire la mise en commun de programmes, préjudiciable à l’emploi et à la nature de radio de proximité des radios locales. Ce processus de syndication a atteint la limite au- delà de laquelle il n’y a plus de principe de radio locale.
Sur ces trois points, alors que Monsieur Schlesinger s’engageait à adopter nos demandes, Monsieur Mettot intervint, n’hésitant pas à couper la parole à ce responsable, et, en invoquant la possibilité de réaliser des économies sur ces trois points, refusa en son nom d’accéder à nos demandes, comme c’est le cas depuis plus de deux semaines.

Peut-on négocier avec une Direction qui se divise et se contredit? C’est de toute évidence impossible. Nous n’avons plus d’interlocuteur.
Madame la Ministre, malgré la défiance que nous inspire cette Direction, nous avons voulu répondre à votre appel à la négociation, considérant, comme vous le déclariez, que Monsieur Gallet avait “toutes les cartes en mains”. Votre “Lettre de cadrage” offrait la possibilité à la Direction de négocier et de trouver une issue positive au conflit le plus long qu’ait connu Radio France.

Aujourd’hui même, la Direction de Radio France nous a proposé un rendez-vous, mais en refusant de faire de nouvelles propositions.
Ni les salariés de Radio France, attachés viscéralement à leurs métiers, à un renouvellement permanent de leurs connaissances, à la transmission de ces savoirs, ni les organisations syndicales ne sont des boutefeux ou des jusqu’au-boutistes. La grève coûte cher aux salariés, dont les revenus sont très éloignés de ceux d’une poignée de hauts cadres, habitués aux dépenses somptuaires... De toute évidence, et les auditeurs qui nous soutiennent ardemment le pensent aussi, la Direction et la Présidence de Radio France jouent la carte du pourrissement du conflit. Elles mettent en danger l’avenir de la radio publique, déjà obéré par leurs pratiques et leurs plans destructeurs.

Nous avons noté que le seul véritable progrès dans la négociation (les formations musicales) est lié à votre intervention.

Vous êtes, Madame la Ministre, notre médiateur naturel, et nous renouvelons notre démarche auprès de vous, dans le droit fil du courrier adressé à vos conseillers, les informant de l’impasse où nous met la Direction actuelle de Radio France.

Nous vous demandons d’intervenir en tant que médiatrice, dans une situation où vous avez commencé à vous engager.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de nos sentiments respectueux. L’Intersyndicale de Radio France CFDT, CGT, SNFORT, SUD et UNSA.

2, rue de la Michodière 75002 Paris
T. 01 47 42 35 86 . F. 01 47 42 39 45
Mentions légales . Contactez-nous