Fédération des Arts, du Spectacle, de l'Audiovisuel et de la Presse Force Ouvrière

« L’exclusion culturelle française » ?

19.12.2013 | Communiqué de la Fédération générale des Fonctionnaires FO

Voici la déclaration de la FASAP-FO lors du Conseil national des professions du Spectacle (CNPS) du 19 décembre, présidé par la Ministre de la Culture et de la Communication :

Après le temps de l’exception culturelle, est-ce le temps de l’exclusion culturelle française ?
En 2013, la France dispose de 2123 Théâtres Nationaux, Centres Dramatiques et Chorégraphiques Nationaux, Scènes nationales, Compagnies conventionnées.
Le projet de budget 2014 du Ministère de la Culture prévoit la disparition de 57 d’entre eux !
La réduction de 3,1 % du budget d’ensemble dédié au spectacle vivant, à laquelle s’ajoutera l’augmentation de l’indice INSEE menace tout le réseau public dédié à la création dramatique et chorégraphique. La ponction pour la 2ème année sur les fonds de touche même des théâtres nationaux tel que l’Opéra de Paris, ou l’Odéon et met en danger ces grands établissements.
À la fermeture programmée de 57 établissements et structures, d’autres vont-elles aussi fermer faute d’avoir trouvé « leur modèle économique », comme ce fut le cas à Paris cette année avec le Théâtre Paris-Villette, faillite que l’État organise lui-même désormais.
La FASAP-FO condamne ce budget 2014 d’une austérité sans précédent, rappelle les engagements de campagne électorale du Président de la République de sanctuarisation de la culture et exige le rétablissement de toutes les subventions dont les établissements publics et compagnies subventionnées ont besoin.

*** Les DRACS ***

Notre Fédération est également très inquiète pour l’avenir et les personnels des Directions Régionales des Affaires Culturelles, les DRACS, créées par André Malraux.
Ce réseau est adossé à celui de l’État. L’acte 3 de la décentralisation dans sa dernière version envisage une délégation de ses services aux collectivités territoriales c’est-à-dire la suppression des DRACS.
Le « Pacte pour la Bretagne » organise déjà cette disparition pour la DRAC de Bretagne.
Cette disparition fait peser de lourdes menaces sur tous les outils publics de production et de diffusion théâtrale et chorégraphique. Elle menace tout l’édifice public de soutien à la création, sa production et sa diffusion remettant en cause la pérennité même du Ministère de la Culture. Elle porte atteinte à l’égalité républicaine sur tout le territoire.
C’est la raison pour laquelle nous souhaitons, Madame la Ministre, que vous garantissiez publiquement votre attachement aux missions du Ministère de la Culture et à ses services déconcentrés.

*** FRANCE TÉLÉVISIONS***

De même nous souhaitons vous alerter sur la situation de France Télévisions. Il faut mettre un terme à la politique du « shaker » dans cette entreprise.
Après 4 ans de mise en oeuvre de l’entreprise unique France Télévisions, les salariés de France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô et Outremers 1ères sont désenchantés, ils ont tous subi, les déménagements, les changements d’organisation, les changements de hiérarchies, les changements d’outils de travail, sans broncher, avec un grand professionnalisme… et quelle est leur récompense ? Pas d’augmentation de salaire, pas de perspective de plan de carrière, une baisse d’activité, une société montrée du doigt pour sa gestion de l’intermittence, et pour couronner le tout, un Plan de suppression de 361 postes et des salariés intermittents du spectacle qui travaillent dans l’entreprise depuis de longues années virés du jour au lendemain.
Malgré les efforts des salariés qui ont respecté scrupuleusement la marche de l’entreprise, le résultat de l’entreprise unique est bien maigre. Quels sont les bénéfices pour eux, sur le plan social ou sur le plan salarial ?
Les mesures d’austérité qui sont appliqués à France Télévisions ne sont plus tenables : moins 325 M d’€ par rapport à l’ancien COM. Dans le même temps vous souhaitez maintenir les missions du service public : l’exercice devient schizophrénique.
Les sempiternelles promesses de la direction, à sa tutelle, d’équilibre financier sont quasi intenables. L’Etat change la donne constamment. Ce week-end encore, alors que le budget prévisionnel de 2014 avait été présenté aux partenaires sociaux, le parlement a supprimé 2 millions et demi d’euros à France Télévisions.
Madame la Ministre, tant que nous n’aurons pas trouvé un financement pérenne pour l’entreprise unique, cette société sera ingérable. Les incertitudes qui règnent constamment sur la redevance, la dotation de l’état et les recettes publicitaires, ne permettent pas à France Télévisions de se projeter vers l’avenir et donc de réaliser des projets ambitieux capables de fédérer.
Néanmoins Madame Filippetti, vous avez ouvert récemment des pistes sur la régionalisation de France 3, notamment grâce à la commission que vous avez constituée avec Anne Brucy. 3. Cette mission va permettre (nous l’espérons) aux antennes des chaînes régionales et d’outremer, tout en restant partie intégrante de France Télévisions, de recouvrer toute leur autonomie d’action et de programmation de proximité, notamment dans le but, pour celles qui le désirent, de promouvoir les cultures, les spécificités locales, et les langues régionales.
La ministre s’est aussi déclarée très soucieuse des risques psycho-sociaux à France Télévisions, a confirmé qu’elle suivait de près, auprès de la direction la situation particulière du pôle Nord-Est et s’est dit très touchée par les suicides qui se sont produit ces dernières semaines.

***CONGÉS SPECTACLES ***

Pour conclure, nous souhaitons, Madame la Ministre, vous remercier d’avoir accepté le transfert de la caisse des congés spectacles vers le Groupe Audiens. C’est une excellente nouvelle pour les salariés artistes et techniciens qui vont pouvoir conserver leurs congés payés par l’intermédiaire de la Caisse des Congés, dont la gestion était très décriée, et son avenir menacé.
C’est donc aussi une bonne nouvelle pour les salariés de la caisse des congés spectacles qui voient leurs emplois maintenus et leur activité préservée.
Vous vous êtes largement prononcée sur votre attachement aux annexes 8 et 10 mais les très récentes déclarations de Pierre Gattaz ne nous laissent pas espérer des négociations facilitées. Nous comptons fermement sur votre ministère pour faire respecter les droits sociaux des salariés intermittents.

La ministre a déclaré qu’elle souhaitait l’ouverture de négociations sur une convention collective de branche pour les télévisions publiques et privées. Le syndicat Force Ouvrière de France Télévisions se félicite d’avoir signé avec toutes les organisations syndicales représentatives (CGT, SNJ et CFDT), le nouvel accord collectif en mai 2012 pour protéger ses salariés car il est évident que ces négociations qui concernent toutes les télévisions privées ainsi que toutes les chaînes du câble et thématiques risquent de créer un nivellement par le bas des droits sociaux des salariés. »

2, rue de la Michodière 75002 Paris
T. 01 47 42 35 86 . F. 01 47 42 39 45
Mentions légales . Contactez-nous